reliqua desiderantur

Reliqua desiderantur est une formule d’usage dans l’édition pour indiquer à la fin d’un ouvrage qu’il est inachevé, en raison du décès de l’auteur ou de la perte d’une partie du manuscrit.
Cette locution est généralement traduite par : on regrette le reste.
Mais je préfère dire ici, dans un éternel retour : laisse à désirer.
Un reste qui ne dit pas son reste. Une présence plutôt qu’une absence

Il s’agit bien de disparition, mais au moment où, paradoxalement, elle apparaît. Un voyage de sidération en sidération, et une sorte de quête de désidentité.
Un jeu de camouflage pour fuir les fantômes et les menaces, et les définitions sociales, disparaître dans la nature, parmi ce dieu au corps immense, pour réapparaître ailleurs, autrement.

 

 

La série Reliqua desiderantur dans un carnet A5 (pour présentation)